VOGAGES AUX PAYS DES LEGENDES !

Publié le 21 Juin 2016

VOGAGES AUX PAYS DES LEGENDES !

Les mondes mystérieux ont toujours captivés ma curiosité, mes pensées quant à elles ont perpétuellement engagé mon esprit à approfondir la compréhension des histoires, des mythologies, des légendes.
Attention, je ne fais pas une exploration à des cours historiques scolaire, non, je suis persuadé qu’un raisonnement logique se dissimule au dos de ce sujet.
Pour autant comment aller investir une vérité puisque tous nos livres racontent à peu près les mêmes histoires !
Ayant fait le tour des informations que j’avais pu rassembler pendant des années, j’avais normalement laissé tomber mes enquêtes.
C’est une rencontre qui bien plus tard aller combler les intrigues inconnues des légendes.
Je voyageais comme à mon habitude dans les galeries du temps quand ma vision s’était stabilisée dans un décor champêtre, une clairière parsemée de mousse ou de petits arbustes s’entremêlaient aux feuilles des fougères, la couleur verte dominait l’endroit.
Soudain j’apercevais un ruisseau, il venait comme par enchantement traverser la végétation, puis c’était au tour d’une cascade sorti de nulle part qui bouillonnait l’endroit, je pensais quelques secondes quel lieu étrange qui se construit sans arrêts !
A peine c’est mots franchissaient mon esprit qu’un pont de bois avait été scellé au centre du site, ensuite ce fut un arc en ciel qui franchissait le ciel donnant l’éclat de ces sept peintures, des champignons avaient eux aussi poussés s’invitant au décor, je devais avouer que c’était agréable comme un conte de fée.
Puis le silence, une immense quiétude envahissait le tout, si bien que j’entendais maintenant ma respiration.
C’est un bruit provenant d’un taillis qui m’intrigua, quelque chose bougeait le feuillage, je fixais le regard en direction du froissement et attendais patiemment qu’un intrus soit visible.
Rien, je ne voyais absolument personne, j’étais tellement concentré sur ce bruissement que j’avais oubli le reste de l’ambiance, c’est un ressenti derrière moi qui détournait ma concentration, je discernais une énergie pareille à un souffle humain, rapidement je tournais la tête et là ce tenait un être.
Il était assez ordinaire si ce n’était une gabardine flottante entre ses mains qui me captivait, elle ondulée pareil aux vagues de l’océan pourtant l’individu ne produisait aucun gestes.
-Que regardes-tu si attentivement formulait l’homme !
-C’est ta cape qui m’intrigue, elle me semble étonnante de naviguer ainsi sans que tu y mettes de mouvements !
-Je viens à ta rencontre pour une bonne raison et cette pèlerine est l’ustensile qui va nous permettre de voyager, elle représente la porte des légendes.
Comme tu as pu le remarquer avant mon arrivé l’endroit où tu te situes engendre les images au fur et à mesure du temps, mais au-delà de ce seuil l’histoire des légendes t’expliquera ses vérités.
Il venait juste de m’expliquer sommairement les fonctions de son attribut que d’un balancement de ses mains la pèlerine nous enveloppait tout deux.
Quelques secondes occasionnaient un vide, puis un tunnel assez sombre défilait à toute vitesse, enfin devant nous une lueur dessinait une porte brillante qui attendait notre arrivée.
J’avais dû traverser l’entrée sans me rendre compte puisque j’étais maintenant dans une salle avec milles étagères et sur un côté de la pièce se dressait une cabine.
-Nous voici arriver mon compagnon.
Ici vois-tu c’est la salle des prospections, sur les étagères sont disposaient les documents ayant attrait à toute les légendes.
La cabine que tu perçois sert à infiltrer le temps, quand tu auras sélectionné un document il suffira de t’installer dans cet endroit pour rejoindre le monde des mythes.
En ce qui me concerne je ne suis que le guide qui te permet d’atteindre ce lieu, donc je vais te laisser explorer ce monde passionnant.
C’est ainsi que je me retrouvais seul dans les étalages, semblable à nos bibliothèques terrestres je déambulais d’un manuscrit vers un autre.
Les premières feuilles n’avaient pas d’image elles étaient blanche inscrite simplement d’un titre, bizarrement je retrouvais toutes nos légendes, du moins rien ne me paraissait étranger, tandis que je continuais ma visite mon regard venait de s’avancer sur un livre.
Il était recouvert d’un épais cuir marron armé d’une sangle qui semblait le maintenir fermé, intrigué par cet objet différent des autres je le saisissais dans la hâte d’ouvrir sa première page, la bride s’enlevait sans problème ainsi à l’ouverture il était écrit voyages aux pays des légendes.
Mais le plus surprenant dans cet ouvrage était son contenu suivant, il ni avait rien que des pages vides sans aucun écrits, je pensais donc à la cabine ainsi qu’aux instructions que m’avait livré le guide.
J’entrais dans celle-ci, refermais la porte et attendais avec impatience qu’il se passe quelque chose.
Un instant plus tard, le livre s’évaporait de mes mains.
Soudain je ressentais l’atmosphère se mouvoir quand un tourbillon me saisissait tout en me propulsant dans un couloir aux parois jaunes, sous mes pieds s’actionnaient des dalles de pierre en s’illuminant qui m’invitaient sur un chemin tracé, je n’avais plus qu’à me laisser guidé.
Après avoir jalonné une bonne cinquantaine de pavés lumineux j’entrais dans une cours, un être vêtu d’une toge à la façon des philosophes grecs m’entendait.
-Te voilà enfin mon élève !
Au lieu de lui répondre j’analysais le personnage, il me faisait penser à ses vieux profs du lycée qui semblaient détenir la connaissance absolue sur la matière de leurs cours, il ne manquait plus qu’un bureau installer sur une estrade et un tableau noir sur le mur pour que je me retrouve de nouveau sur les bancs de l’école.
-Allons mon garçon, veux-tu bien me prêter attention !
-Oui, oui monsieur suis là.
Quelle espèce de pression ce type, eh, je voyage dans l’astral, je ne vais pas me faire enguirlander quand même, mer…
-Tu es dans le bastion des légendes et j’en suis le gardien, tu dois avoir toute ton attention mon garçon pour pouvoir visiter le temps.
Grrr, il m’énerve avec « mon garçon » l’énergumène.
-Bon écoute, je dois te poser une question, que penses-tu des légendes !
-Ce que j’en pense, pas grand-chose à vrai dire si ce n’est que j’ai toujours estimé que dans toutes ces histoires, il devait surement se dissimuler une part de vérité.
-Tu ne crois pas si bien dire, vois-tu, certaines légendes n’ont pas été fabriquées par les humains même si il est exacte que la majorité sont des contes de fées terrien, il en demeure pas moins que la légende est faite pour mieux comprendre l’histoire de votre monde.
Avant d’aller au-delà, élaguons de suite ce qui ne nous servira à rien, nous n’allons pas énumérer les récits un à un se serait une longue besogne, je vais simplement te parler sur ce qui est fondé.
La terre porta jadis des créatures différentes, les années qui séparent ce monde du votre sont si importantes que le souvenir vous semblerait une difficulté insurmontable, cependant une des bestioles que vous avez encore gardé de vos jours à bien existé.
As-tu idée de l’animal dont je parle !
- Sans être méchant cher professeur il ne faudrait pas me prendre pour un lapereau de six semaines non plus, le seul animal qui représente une légende ancestrale c’est le dragon bien entendu.
-Tu as une drôle façon de t’exprimer mon garçon, mais ton analyse est juste et même si je sens en toi une certaine tension envers mon personnage le temps l’ôtera.
Bon, notre fameux dragon a parfaitement existé, bien avant votre monde contemporain, bien avant votre moyen âge, bien avant votre préhistoire.
Ainsi tu saisis que ce temps est très lointain, il n’était pas exactement non plus la réplique de l’image que vous en avez gardé.
D’ailleurs vos archéologues se sont leurrés sur certaines analyses de squelette soit disant dinosaure.
-Tu veux dire que certains dinosaures seraient de vrais dragons !
-Oui mon ami, quelques ossements retrouvés appartiennent aux dragons, la problématique pour votre science c’est qu’elle n’a pas connue ni les dinosaures ni les dragons, alors comment en faire la différence, de plus vos datations sont approximatives et plus la trouvaille est loin de vos années et plus vous vous trompez sur l’exactitude de la période.
-Veux-tu dire que nous sommes dans l’ignorance et la tromperie dans notre société !
-Sans aller aussi loin, je dirais que vous avez une connaissance contrefaite.
Regardes un peu la dissonance de vos esprits, le dinosaure a existé, vous en êtes tous certains par contre le dragon est une légende, donne-moi une seule explication pour quelle raison !
-Disons que posée comme ceci ta question ouvre l’esprit, je pense que nous sommes formatés de telle sorte que personnes ne fait plus attention et répète bêtement ce qui est dit depuis l’enfance.
-Tu vois bien que mon dragon à autant de chance d’avoir existé que vos dinosaure.
-Effectivement nous ne pouvons le nier, mais tu dis que les dragons ont vécu bien avant les dinosaures alors comment se fait-il que nous le retrouvons dans nos histoires à l’époque des chevaliers !
-Ta question est intéressante, je t’explique.
Au moyen âge les templiers ont trouvés des manuscrits étranges dans les collines du désert de Jérusalem, dans une cavité était dissimulée des ouvrages écrits par un peuple inconnu.
Pour bien comprendre ce qui va être dit ensuite il faut savoir que ce peuple était composé d’une grande masse d’êtres médiumnique, je ne dis pas prophètes car le sens resterait trop axé sur vos religions et orienterait les récits sur une mauvaise voie.
Ainsi avec leurs capacités de voyager dans le temps, comme tu le fais d’ailleurs avec moi en ce moment, ils retranscrivaient l’histoire du passé.
Les manuscrits décrivaient la vie des hommes et des dragons…
-Il y avait des hommes avant les dinosaures, lui coupais-je la parole !
-D’un léger sourire il semblait chercher la meilleure façon de me donner une réplique.
Ecoute, si l’homme n’avait pas été présent le premier sur terre cela voudrait dire que l’âme des dinosaures est plus vielle que celle des humains, or s’ils ont disparût c’est qu’ils n’avaient qu’un simple passage à faire sur cette terre, d’ailleurs leurs âmes viennent d’un autre univers, mais restons sur notre histoire veux-tu.
Je disais donc que les écrits expliquaient la vie avant votre préhistoire, les textes avaient été volontairement dessinés ainsi les gravures avez donnaient une compréhension aux templiers.
Vous savez qu’environs 65millions d’années une météorite est venue terrasser la vie sur terre, mais ce que vous savez moins c’est qu’environs 300000 ans avant cette date un autre météore était déjà venue sacrifier le monde sur terre.
C’est ce qu’avait découvert le peuple des montagnes ainsi que les templiers des années plus tard.
La terre était donc peuplée de créatures tout à fait différentes et les humains étaient quant à eux des géants, les dragons figuraient comme l’animal proche des hommes.
Il est bien dommage que les templiers ont bâtis une légende au lieu de mettre à jour leur découverte, encore une fois c’est la religion qui était le tribut, elle ne tenait pas à perdre son pouvoir en diffusant des anecdotes antécédentes à leur dieu, les légendes sont donc nées sur des écrits pourtant existant.
Les dragons ne crachaient pas de feu, ils avaient un corps allongé avec une grosse tête, des ailes d’une grande envergure, des pattes arrière bien plus large que celle de devant et contrairement à toutes les attentent ils avaient des plumes.
Cet animal avait été apprivoisé par les hommes qui vivaient sur terre à la même époque, le dragon n’a jamais eu de fonction magique ce sont les légendes qui ont inventées le dragon que vous connaissez.
-Les dragons étaient juste des animaux domestiqués par les êtres qui vivaient à la même époque, c’est tout disais-je étonné.
-Bien évidemment mon garçon, s’amusait-il, vous êtes un drôle d’espèce quand même.
Regardes, vous vivez tout naturellement mais vous croyez sans cesse que le monde a porté une magie qui vous a oubliée, le seul enchantement est celui de la perfection de tout ce qui vie, vous vivez tous les jours à ses côtés mais sans jamais y prêter attention, étrange non !
Vous avez besoin d’un héros dans chacun des récits comme si votre véritable place n’avait aucune importance c’est votre plus grande erreur.
Tu es venu ici aux pays des légendes pour savoir que les surhommes n’ont jamais existés, certains êtres humains ont eus sur votre planète des missions aux tâches extraordinaires pour le bien de votre évolution mais arrêtez de supposer qu’ils avaient des attributs physiques différents.
Les mythologies en générales ont bien eues des personnages qui ont foulées la terre mais leurs histoires ont été embellies d’une telle façon que vous ne pouvez plus connaitre ce qu’ils ont conduits sur terre.
Ce qui pouvait être un demi-dieu dans ces époques lointaines ne serait aujourd’hui que de vulgaires voyants c’est pour cette raison que les prophètes n’ont pas disparus mais ce sont plutôt banalisés dans le masse sociétaire.
Il venait de s’arrêter sur ces mots mais voyant que j’étais resté béat il t’interloquait.
-Tu as l’air déçu mon bon ami !
-Pas déçu non, mais je comprends mieux la stupidité des humains qui fouinent sans cesse dans leur esprit pour trouver du fantastique alors que la vie se passe dans le présent, mais je t’avoue qu’inconsciemment j’attendais aussi comme mes semblables du féerique, je suis quand même heureux que cet endroit ramène les êtres à prêter plus d’attention à ce qu’ils sont dans le moment présent de leur existence.
-Je pourrais te parler plus précisément de certains hommes venu sur la planète accomplir des bienfaits mais la première leçon était celle-ci, rassures toi maintenant que tu sais où je me trouve nous aurons l’occasion de nous revoir et d’aller visiter d’autres horizons.
-Je te remercie de ton savoir et de ta sagesse, j’avais une vision caricaturale de ta personne en arrivant mais elle était fondée sur des années de jeunesse avec des professeurs pas toujours compétant.
Sur ces dernières phrases j’avais repris le tunnel en sens inverse, j’étais resté quelques minutes dans la clairière enchantée puis réintégré mon corps physique d’humain.
Les voyages sont toujours différents mais à chacun d’eux j’apprends à rester humble malgré les facultés qui me sont offertes, j’ai toujours dis que savoir c’est comprendre et que comprendre c’est savoir, ceci est le début de la connaissance.

Rédigé par lavatar

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article