PRINCE D'UNE VIE (SUITE)!

Publié le 23 Juin 2016

PRINCE D'UNE VIE (SUITE)!

Cette expérience confortait ma persévérance de vouloir toucher les autres dimensions.

J’avais enfin trouvé un équilibre entre ma vie professionnelle, privée et spirituelle.

Je me sentais très bien, heureux de vivre, et impatient d’aller encore plus loin dans ces échanges, cependant j’aurais aimé avoir une relation plus abordable, plus simple, ne pas être sans cesse au devoir de la relaxation, allongé, en concentration.

J’avais le désir de pouvoir communiquer, percevoir les choses sans me mettre dans des conditions particulières.

Mon idée était qu’à mon prochain rendez-vous, je devrais poser la question à celui qui se présentera.

Je comprenais aussi que tout ne pouvait pas du ciel comme une pluie, on avait beau avoir quelques prédispositions, si on ne faisait pas l’effort d’améliorer tout ceci, on stagnait comme monsieur tout le monde.

Je me donnais donc un planning, au moins une fois par jour je ferais une relaxation, pour un début c’était pas mal, en acceptant toutefois que de temps en temps, lors d’une occasion diverse je pouvais sauter certains jours, dès lors qu’ils n’étaient pas trop consécutifs.

J’aimais bien faire une analyse complète après chaque expérience, cela me donnais une vision dans le futur et gardait mes pensées dans une évolution constante, ne jamais rester sur ses acquis, afin d’éviter de perdre les fils de la toile qui se tissait.

J’entrais de nouveau dans une nouvelle relaxation.

Je me relaxais de plus en plus vite, les exercices que je pratiquais devenaient automatiques, j’avais aussi la chance d’avoir une bonne visualisation ce qui me permettais d’aller rapidement dans différents endroits.

J’étais revenu, à la plate-forme de l’être.

Bizarrement celui-ci se présentait sous une forme différente.

Il avait les cheveux courts, son corps était devenu très grand, long et effilé, il tenait toujours un bâton dans sa main, mais lui aussi avait changeait d’aspect, il était très fin et très allongé.

Pourtant, malgré aucune ressemblance avec l’ancienne image, je savais que c’était bien lui.

« Je vois que tu te questionnes » me lança-t-il !

« Tu trouves que je ne ressemble pas à notre rencontre passée !

N’es aucune crainte, tout ceci est normal !

Dans un premier temps tu dois savoir que dans l’astral, les formes ne sont que des symboles, des indices, des représentations qui servent à donner un effet, une explication, ou autre.

Saches bien que toi aussi, quand tu vas dans cette dimension, tu n’as aucunes limites, tu peux tout créer à ta disposition, mais gardes bien à l’esprit que rien n’est un jeu, tout a un rôle précis, je ne parle pas d’humour quand je dis jeu, l’humour lui, est une grande qualité, il garde les esprits ouverts vers les horizons.

Je me présente aussi de cette façon, pour que tu apprennes à reconnaitre les énergies qui sont dans les choses, l’important n’est pas l’apparence des structures, mais bien les énergies et les vibrations qui circulent dans toutes vies. »

J’écoutais son discours avec attention, quand une des portes se promenait à nos côtés, c’était assez cocasse, cette porte qui ondulait à quelques centimètres du sol et qui se promenait gentiment.

Elle était d’un bois pourpre, lie de vin, comme les merisiers, il était dessiné sur sa partie inférieure une feuille de vigne d’un vert pomme, très clair et sa poignée formait une main sculptée dans le branchage d’un chêne.

Entre le sol et sa base se laissait filtrer un rayon lumineux.

Je m’émerveillais de cette image que je ne lâchais plus du regard, je ne me rendais même plus compte que je n’écoutais plus les mots du gardien.

Celui-ci me rappela en haussant la voix.

« Je pense qu’il est temps pour toi de franchir ce seuil mon garçon ! »

Je le regardais amusé, je mis ma main sur la poignée et la porte s’ouvrit.

Je venais d’ouvrir la porte vers une autre aventure.

Il y avait énormément d’éclairage, tout brillait, scintillait d’une vive lumière, j’avais la présence près de moi de mon guide, il avait quittait ses petits bras ballants et changeait son corps en forme de boule, il devenait drapé d’une lumière blanche aux liserés bleus céruléens et prenait une allure plus que sérieuse, son énergie était douce, forte mais savoureuse.

Il avait déjà pris les devants sur un chemin de terre qui longeait une allée de vieux chênes, il se retournait à distance, me balançait un geste de la main pour m’inviter à le suivre.

Nous avions fait quelques pas, qu’il s’arrêtait soudainement, en me demandant !

« Où désires- tu aller ! »

Je marquais un temps de réflexion, je ne m’attendais pas à cette question.

Puis d’un désir alléchant, je posais ma réponse.

« Tu sais, j’avais bien aimé la première fois que nous nous sommes rencontrés, tu me promenais dans les nuages à toute vitesse, et j’aimerais de nouveau vivre ces sensations-là. »

Sans rien me dire, il me prit la main et d’un léger souffle nous étions dans l’astral.

Il faisait bon se sentir aérien, la légèreté de ce déplacement était une friandise pour moi, pouvoir naviguer ainsi, était un régal indéfinissable.

Dans cet espace, je croisais beaucoup de lumières, des blanches, des bleues, des jaunes, tout scintillait dans ce ciel, pourtant nous aurions tendance à penser que l’univers est une masse noire, mais de ma vision d’ici, l’univers était bleu foncé, ce qui laissai passer une clarté agréable.

Au bout d’un certain temps, je n’avais plus fait attention à mon guide, et tout à coup je le cherchais, mais personne, plus là, disparut instantanément.

Je me stabilisais, fis le tour de mon horizon, je ne le voyais nulle part, étrange sensation, comme un peu perdu au milieu d’un océan.

Cela n’a pas duré très longtemps, devant moi se tenait bien droit comme un piquet de tomate, un être.

Ma première impression, me faisait penser à un dieu grec, Zeus était un bon exemple.

Il avait une longue barbe aux poils grisonnants, un air réfléchi, soigneux, sa toge tressée qui découpait en deux son torse, son regard était saillant, j’avais l’impression d’être devant un jugement plutôt qu’un enseignant.

J’étais donc un peu intimidé devant cette force dressée là, comme un énorme rocher.

« Tu n’as pas à me craindre mon ami » me lança-il !

« Je ressens ton recul à mon égard, mais essais d’enlever l’image que tu perçois, et discernes plutôt les énergies qui sont présentent.

Je suis un des veilleurs des vibrations, je suis ici pour répondre à tes questions. »

Respirant quelques instants pour reprendre mes esprits, je consentais enfin à conversais.

« Une question occupe mes pensées depuis quelques temps.

J’arrive maintenant à voltiger dans l’astral, mais je ne peux le faire, que par des relaxations et des concentrations bien définies, je me demandais donc si il y avait un moyen de pratiquer la même chose plus naturellement, une sorte de fonction de tous les jours en quelques sortes. »

L’être pris un moment, comme s’il réfléchissait, puis me donna ceci.

« Il faut que tu comprennes que tu viens juste de récupérer certaines fonctions qui sont en toi, tu devras prendre le temps de bien assimiler tout ce que tu vas apprendre désormais.

Ce que tu appelles spiritualité n’est rien d’autre que la vitalité qui s’héberge dans chaque âme, une mémoire des souvenirs est installée dans toutes les âmes, elle sert de réservoir et d’appuis aux êtres quand ils sont incarnés.

Rien n’est jamais figé, seul celui qui se donne une limite, ne peut aller au-delà de celle-ci, pas qu’il n’en a pas la capacité, mais simplement parce qu’il a bloqué une fonction à un certain niveau.

Le pire dans l’incarnation c’est la limitation.

Regarde je te donne un exemple. »

L’enseignant avait sorti une pièce dorée de je ne sais où.

« Tu vois cette pièce, je la mets devant moi et par la puissance de ma pensée je vais la faire tourner. »

La pièce venait de se mettre à pivoter, elle commençait à tourbillonner sur elle-même juste par la pensée de l’être.

« Que remarques-tu maintenant ! »

Je répondis que je voyais effectivement la pièce tournoyer, juste avec son désir.

« C’est juste me répondit -il, mais regardes je te parle et en même temps elle continue son mouvement.

Vois-tu, la limite n’existe pas, si tu mets une énergie en action, il faut que tu saches que tu peux aussi projeter cette fonction dans le temps.

Certes en temps qu’humain et dans ton monde les vibrations sont différentes, les énergies circulent moins bien, et les humains ont aussi perdu certaines facultés, mais saches bien que même sur ta planète, avec de la compréhension, et de l’exercice tu peux arriver à de belles choses !

Pour cela il ne te faudra pas tout mélanger, le temps est un ami fidèle, et la persévérance une de tes alliés.

Je ne t’envahirais pas de milles enseignements, il faut absolument que tu pratique l’enseignement dans une continuité, et de toutes les façons nous serons amenés à nous revoir.

Prends acte de notre discussion, réfléchis aux points essentiels que je t’enseigne et tu enlèveras petit à petit tes limites. »

J’étais captivé par ses paroles, enfin quelqu’un qui m’expliquait des méthodes intelligentes, et tout compte fait j’aimais bien son énergie, cette force que rien ne semblait pouvoir ébranler.

Le temps que je fixais autre chose dans le lieu où je me trouvais, et voilà que l’être avait disparu et qu’à sa place mon guide se présenta.

Je prenais gout à cette faculté d’allier la vitesse d’exécution à celle de ses pensées.

Cette fois-ci je n’étais pas repassé par la plate-forme du gardien de mes portes, je m’étais retrouvé directement dans le salon allongé sur mon canapé.

Je prenais encore quelques instants sans bouger pour profiter de ces moments si particuliers, j’étais entré dans un autre univers.

Rédigé par lavatar

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article