La petite fille bloquée sur son plan !

Publié le 21 Juin 2016

La petite fille bloquée sur son plan !

Je me trouvais en Dordogne, dans un vieux restaurant aux pierres taillées depuis belle lurette, depuis quelques semaines j’avais pris l’habitude en allant me coucher de percevoir une présence, j’essayais de deviner qui pouvait bien être là dans ces murs, mais c’était toujours très furtif, comme si l’entité se camouflait dès qu'elle humait ma curiosité.
Avec le temps, j’avais complètement oublié cette histoire et c’est un soir, après avoir diné, que l’événement prit forme.
En traversant la porte de la grande salle à manger, une légère froideur transperça mon corps, une personne invisible était bien présente, dans l’action j’examinais la pièce dans le noir.
Dans un des coins de la pièce, une grande et vieille armoire, d’un bois de chêne, s’érigeait et enfin je devinais l’entité, là, blottie au bas fond du meuble.
Afin d'être tranquille, je venais me poser sur une chaise et en fermant les yeux prenais contact avec cet être.
Quelques secondes plus tard, une petite lumière éclairait mon esprit et l’image d’une petite fille m’apparaissait, elle était vêtue d’une de ces chemises blanches du moyen âge, légèrement ondulée et tombant jusqu’aux chevilles, la tête enfouie entre ses genoux, pareille à un enfant ayant peur du noir.
-Bonjour petite, lui lançais-je d’un ton posé.
Sans bouger de sa position, je savais pourtant qu’elle avait bien entendue ma voix.
-N’ait pas peur de moi répliquais-je dans la foulée.
Un son sorti enfin de ce petit être.
-Comment se fait-il que tu puisses me parler et me voir, s’interrogeât-elle !
-Ce serait une bien longue histoire ma belle amie, dis-toi simplement qu’en tant qu’humain j’ai cette fonction et de ce fait je peux communiquer avec toi.
Mais dis-moi, qui es tu !
-Je suis une petite fille de l’époque des templiers, les cathares plutôt, je suis morte en 1095, assassinée.
-Eh bien, cela fait un sacré bout de temps que tu erres dans cet endroit, quelle est la raison qui te bloque en ce lieu !
-J’avais environ 12ans, quand dans une des pièces de ce manoir quelques personnes importantes de l’époque tenaient des discours en secret, j’étais cachée derrière une colonne, pas très loin de la même pièce, j'écoutais bêtement ce qui se disait, je dois bien avouer que leurs dialogues complexes restaient à mes oreilles une totale incompréhension, mais pour mon grand désarrois, j’ai été surprise.
Alors, je vis la colère d’un des hommes et son regard noir envers ma petite personne, avec une lourde voix, il venait de dire à deux autres qu’ils savaient maintenant ce qu’ils devaient faire.
Ainsi, en peu de temps, par cette nuit froide, ils m'emmenèrent dans les orées d’une immense forêt toute proche, tout s'est passé très vite, je sentais juste une effroyable douleur au niveau de la poitrine, c’était la lame d’un poignard qui venait se figer dans ma chair, un des hommes m’avait bâillonné de sa main la bouche et le cri qui en sortait s’éteignait dans les contours de ma gorge.
Je pense avoir perdue conscience à ce moment-là mais quand ils m’ont mise en terre, dans un trou sommaire et recouvert de feuilles sèches, je n’étais pas encore morte.
J’ai dû agoniser encore quelques heures avant que je quitte mon corps humain.
Puis, je me suis retrouvée tout d’un coup dans le ciel, plutôt au-dessus de cette tombe, en plein bois, l’ignorance me donnait des frissons, je me demandais où j’étais, c’était comme un rêve éveillé.
J’ai mis du temps à comprendre que je n’étais plus de ce monde, j’ai cherché autour de moi pour savoir ce qu’il fallait que je fasse, puis avec le temps, je suis restée ici, dans ce périmètre, épiant toutes les personnes qui passent depuis des années et des années.

Afin de couper cette tristesse, je reprenais la parole.
-Tu sais que l’endroit où tu es n’est pas ton chemin, c’est simplement toi qui t’inflige cette punition, le monde d’en haut est bien plus vaste que ce que tu peux imaginer, alors si tu le veux bien, ensembles nous allons essayer de faire en sorte que tu reprennes le sentier de ton existence.
-Oui, dit-elle d’une voix assez timide.
-Voici ce que je vais faire, je vais te prendre par la main et tu n’auras plus qu’à me suivre.
Avec mes pensées j’avais fabriqué un escalier de lumière qui gravissait les espaces de l’univers, entre temps j’avais fait appel à un de mes guides enseignants pour qu’il nous attende au seuil de ce même escalier.
En serrant la main de la jeune fille je ressentais son énergie tremblante et en même temps un soulagement profond qui avait accumulé ce lourd poids des années.
Doucement, nous montions les marches, les unes après les autres, quant au sommet de celles-ci un bruit très sec retentit dans la salle à manger et une lumière éblouissante nous envahîmes tout deux.
Le guide était présent, drapé d’une toge blanche, je m’arrêtai un instant pour expliquer à la fillette sa nouvelle direction.
-Tu vois cet être tout blanc, c’est un ami, il vit comme toi dans le côté invisible, je te guide jusqu’à lui car maintenant il va t’aider à reprendre le bon sens de ta route.
Sa main prit la sienne et dans une belle énergie les deux êtres disparaissèrent dans les couleurs de l’univers.

J’ai gardé cette expérience telle un cadeau des instants de l’existence, puis quelques semaines plus tard, alors que j’avais déjà oublié cet événement, un soir avant de m’endormir, une petite lumière lointaine semblait fixer mon attention.

Rédigé par lavatar

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article